Centre de connaissance concernant l'utilisation et les résistances aux antibiotiques chez les animaux

Avis et législation

Avis et législation

Avis


Avis 'Benchmarking et suivi de l'usage des antibiotiques vétérinaires - Partie 1 : Eleveurs'
Plan d'Approche spécifique à l'élevage pour la diminution de l'usage

En concertation avec un groupe d'esperts, un exemple de plan d'approche a été développé. Il n’est pas spécifique à une catégorie animale particulière et peut être utilisé de sa propre initiative sous sa forme actuelle; il peut aussi être adapté en fonction des besoins spécifiques d’un secteur ou d’un élevage particuliers.
Avis à propos de l'usage de la colistine en médecine veterinaire

Le code de couleur rouge n’est pas attribué aux polymyxines, mais des mesures supplémentaires doivent être prises pour que leur utilisation en médecine vétérinaire continue à baisser et ne dépasse plus 1 mg par kg de biomasse.
     
Santé de l’exploitation et stratégies de vaccination

Dans le cadre d’un usage rationnel et réduit des antibiotiques au niveau de l’exploitation, une bonne concertation entre le docteur en médecine vétérinaire (de guidance) de l’exploitation et l’éleveur est essentielle afin de maintenir la charge infectieuse aussi faible que possible et d’éviter les poussées de maladies. La prévention des maladies par le biais de la vaccination constitue un aspect majeur, mais pas isolé, d’une bonne gestion des élevagesOutre la vaccination, la biosécurité, l’hébergement et la climatisation des étables sont essentiels en vue d’une politique sanitaire efficace. La plupart des maladies infectieuses des animaux sont en effet des maladies multifactorielles, où les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans l’apparition éventuelle de la maladie. Un aperçu des mesures de gestion peut être consulté dans le « Guide sanitaire des exploitations ». Pour les stratégies de vaccination, nous vous invitons à consulter la 2e partie du guide « Avis de vaccination ».

Avis d’autorégulation

Les avis relatifs aux mesures d’autorégulation pour les secteurs des animaux de production comportent, pour chaque secteur (porcs, volailles, bétail laitier, bétail viandeux et veaux de boucherie), une série de  mesures concrètes d’autorégulation, en vue de parvenir à un usage réduit de substances antimicrobiennes. Ces mesures ont été soumises à toutes les parties impliquées et discutées par celles-ci dans les différents secteurs. La liste figurant dans le rapport se veut un consensus, soutenu par tous les acteurs de la chaîne. L’avis global d’autorégulation s’inspire des propositions d’autorégulation formulées séparément par chaque groupe de travail lié à un secteur animal. 

Guides du bon usage

En concertation avec les groupes de travail d’AMCRA, un guide du bon usage des antibiotiques a été développé pour  chaque groupe animal (porcs, volailles, bovins). Ces guides comportent des recommandations générales à propos du  bon usage des antibiotiques et ils s’adressent tant aux éleveurs qu’aux vétérinaires.

Avis de dépôt

Pour l’année de travail 2013, l’un des objectifs du groupe de pilotage d’AMCRA consistait à formuler des propositions relatives à l’élargissement des conditions reprises aux chapitres II, III et IV de l’AR du 23 mai 2000. Ces chapitres traitent des conditions d’acquisition, de dépôt, de fourniture, d’administration et de prescription de médicaments par le vétérinaire, et de la possession et l’administration de médicaments par le responsable des animaux. Dans cette optique, AMCRA a composé deux groupes de travail : l’un chargé de rédiger un avis pour le secteur des animaux de production et un autre qui s’est penché sur la réserve de médicaments du vétérinaires pour animaux de compagnie.

Collecte des données d’usage des antibiotiques, et en particulier les données de prescription et d’usage des aliments médicamenteux aux antibiotiques

L’avis « Collecte des données » a été formulé par le groupe de travail Collecte des données et mis à la disposition des autorités à partir de septembre 2012. Sa mission consistait à rédiger un  rapport d’étude sur les possibilités d’extension des systèmes actuels de collecte des données en vue de répertorier l’usage des antibiotiques en médecine vétérinaire et d’obtenir une banque de données électronique. Cet avis a servi de fil rouge pour la création des systèmes de collecte des données actuels par les secteurs privé (Registre AB et Bigame) et public (Sanitel-Med) en Belgique.


Par ailleurs, en 2013, AMCRA s’est fixé pour objectif de formuler des propositions concernant l’élargissement des chapitres III « Prescription des aliments médicamenteux » et V « Usage des aliments médicamenteux » de l’AR du 21 décembre 2006. L’élargissement de ces chapitres III et V visait la collecte électronique centralisée des données des prescriptions d’aliments médicamenteux.

Avis relatif à l’usage d’oxyde de zinc chez les porcelets sevrés, en prévention de la diarrhée de sevrage

Depuis juin  2012, l’usage  d’oxyde de zinc dans l’alimentation porcine a été  étudié en tant qu’alternative possible aux antibiotiques pour la prévention de la  diarrhée de sevrage des porcelets. Les aspects écologiques et les questions relatives au dosage ont notamment été abordés. 
L’avis final a débouché sur une convention entre l’industrie des aliments composés et les autorités (convention zinc), poursuivant une concentration réduite en zinc dans les aliments d'engraissement pour les porcs de boucherie (> 23 kg), à savoir 110 ppm.

Un dosage plus élevé en ZnO (2900-3100 ppm – sous forme de médicament vétérinaire enregistré) a été autorisé en Belgique à partir du 1er septembre 2013 durant les 14 jours suivant le sevrage, en prévention de la diarrhée de sevrage.
 
Sur la base de l’arrêté d’exécution de la Commission européenne du 26 juin 2017, la Belgique est obligée de suspendre  dans un délai de maximum 5 ans (avant le 26/06/2022) toutes les autorisations de médicaments vétérinaires à usage oral à base « d’oxyde de zinc » pour les animaux producteurs de denrées alimentaires 
AMCRA s’est penché sur cette période de retrait du marché par l’intermédiaire d’un groupe de travail.

L’avis découlant de ce groupe de travail se trouve ci-dessus.


Avis relatif aux Facteurs d’influence de l’usage des antibiotiques parmi les animaux de production

L’avis « Facteurs d’influence de l’usage des antibiotiques parmi les animaux agricoles en Belgique » avait pour intention  d’examiner les facteurs susceptibles d’influencer l’usage des antibiotiques et, sur cette base, de formuler une série d’avis spécifiques pour le secteur des animaux agricoles. Pour ce faire, une distinction a été faite entre 1) les facteurs qui influencent la décision d’utiliser ou non des antibiotiques et 2) les facteurs inhérents à l’usage de ces produits.

LEGISLATION


En Belgique, la  corégulation joue un rôle majeur dans la politique des antibiotiques. Cela signifie que tant les secteurs que les autorités prennent des engagements en vue de parvenir à un usage rationnel et réduit des antibiotiques. 

L’AR du  21  juillet  2016 et l’AR du  31  janvier  2017 constituent des initiatives importantes qui illustrent le rôle des autorités concernées.

L’AR du 21 juillet 2016 a été rédigé par les pouvoirs publics en vue de la réalisation du 2e objectif du plan Vision 2020 d’AMCRA (75 % de réduction de l’usage des antibiotiques les plus critiques d’ici 2020). 

Depuis la publication de cette nouvelle réglementation, la Belgique a fixé des conditions pour l’usage des antibiotiques les plus critiques (fluoroquinolones et céphalosporines de 3e et 4e génération) par les vétérinaires sur les animaux producteurs de denrées alimentaires (sauf pour les chevaux et le traitement des mastites avec des substances intramammaires).

Schéma des étapes à suivre avant d’utiliser les antibiotiques d’importance critique

L’AR du 31 janvier 2017 concerne l’enregistrement obligatoire des antibiotiques vétérinaires pour les poulets de chair, les poules pondeuses, les porcs et les veaux de boucherie. Cette obligation a  pris effet le 27  février  2017.  L’usage du système est facultatif pour le secteur laitier. 

L’obligation a été imposée à travers une adaptation de l’AR du 21 juillet 2016.
Pour plus d’informations concernant SANITEL-MED, nous vous renvoyons vers le  site web de l'agence des médicaments. 
La législation relative à  l’exercice de la médecine vétérinaire et à la guidance vétérinaire des exploitations joue également un rôle important dans le bon usage des antibiotiques. 
Différents groupes de travail AMCRA ont déjà formulé la recommandation selon laquelle  la relation 1/1 entre le vétérinaire de guidance et l’éleveur contribue à une meilleure gestion de l’exploitation et à un bon usage des antibiotiques. AMCRA appelle dès lors à un contrôle strict de cette relation.

CONVENTIONS


Les partenaires d’AMCRA ont consulté en 2015 leur arrière-ban en vue de concrétiser plus avant Vision 2020, le plan élaboré par les différents secteurs, qui donne une orientation à la politique relative aux antibiotiques vétérinaires en Belgique. Consécutivement à la demande d’AMCRA de savoir quel est le rôle des pouvoirs publics dans cette politique, l’AFSCA a pris l’initiative d’établir une convention entre les autorités et les secteurs. Son objectif était de  clarifier la répartition des tâches dans le cadre des engagements à prendre.
 

Le 30 juin 2016, la convention a été soumise pour signature à AMCRA, à Maggie De Block, ministre de la Santé publique, à Willy Borsus, ministre de l’Agriculture, et aux différents partenaires impliqués dans l’usage des antibiotiques en médecine vétérinaire (organisations agricoles, associations de vétérinaires, association de l’industrie pharmaceutique, association des fabricants d’aliments pour animaux, gestionnaires de cahiers des charges, organisations liées à la santé animale, …).
Dans le cadre de la réduction de l‘antibiorésistance, une « Vision 2020 » a été élaborée dans le giron d’AMCRA, comportant un  objectif spécifique pour les aliments médicamenteux à base d’antibiotiques d’ici 2017 (réduction de 50 %1 d’ici 2017). 

Pour réaliser cet objectif, des mesures concrètes s’imposent. Ces mesures (et le calendrier qui les accompagne) ont été reprises dans la « Convention relative aux aliments médicamenteux ».
À l’été 2013, la « Convention zinc » a été signée  entre l’industrie des aliments composés et les autorités. 

Cette convention limite la concentration maximale totale en zinc (comme additif) dans les aliments pour porcs en phase d’engraissement (> 23 kg) à 110 ppm par kilo d’aliments.
Amcra logo français
Centre de connaissance concernant l'utilisation et les résistances des antibiotiques chez les animaux

Avis récents

Benchmarking et suivi de l'usage des antibiotique vétérinaires - Partie 1 : Eleveurs
Plan d'Approche